• contact@associationaida.org

Nos missions

18 Avr

Point sur la recherche

La recherche est la base de tout progrès dans le domaine médical, c’est pourquoi l’Association Aïda finance la recherche médicale sur les cancers pédiatriques depuis ses débuts, et en fait l’une de ses trois missions principales.

Environ 2 500 nouveaux cas de cancer sont recensés chaque année en France chez les enfants et les adolescents, on estime donc qu’un enfant sur 440 a un cancer avant l’âge de 15 ans. Le nombre de cancers pédiatriques augmente par ailleurs de 1 à 2% par an en Europe depuis 30 ans. Malgré le progrès de la recherche, le cancer emporte chaque année plus de 500 enfants en France et 6000 en Europe, faute de traitement adapté. Les cancers pédiatriques sont considérés comme des cancers rares, cependant ils restent la première cause de décès par maladie chez l’enfant de plus d’un an en France. Mais la recherche est aujourd’hui plus axée sur les cancers des adultes, qui sont plus nombreux. Or, les traitement développés pour ces derniers se révèlent inadaptés, voire toxiques pour les enfants, car les tumeurs les affectant sont de nature différente et progressent généralement plus vite, et ce dans des organismes encore en développement.
Malgré cela, plus de 50% des médicaments administrés aux enfants ne sont pas spécifiquement développés et testés pour eux, et ne sont d’ailleurs officiellement pas autorisés chez l’enfant.

Il est donc indispensable de poursuive, développer et intensifier la recherche sur les cancers de l’enfant. Les chercheurs se consacrent à quatre types de recherche : la recherche épidémiologique, fondamentale, translationnelle et clinique. Pour l’instant, l’Association Aïda finance la recherche fondamentale, qui a pour but d’améliorer la compréhension des phénomènes naturels (ce qui concerne des domaines comme la biologie, biochimie, histologie, anatomie et physiologie). En oncologie, ce type de recherche vise à mieux comprendre les mécanismes qui aboutissent au cancer ainsi qu’à sa progression. Imprévisible en terme de résultat, elle demeure néanmoins essentielle pour développer de nouvelles approches de diagnostic et de traitement de la maladie.

Bien que le financement de la recherche puisse être fondé sur l’argent public, par exemple par le CNRS ou l’Inserm, les capitaux privés récoltés par les associations sont précieux. Comme ils sont considérés comme rares, les cancers pédiatriques ne reçoivent que 2% des fonds dédiés à la recherche sur le cancer. Les équipes de recherche et les firmes pharmaceutiques s’intéressent donc peu aux cancers de l’enfant. C’est donc parce que ceux-ci s’investissent peu que les associations soutiennent la recherche aujourd’hui, en finançant directement les chercheurs. Comme le souligne Dr. Marie Castets, chercheuse au Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard à Lyon, lors d’un entretien : « Le stade le plus complexe et contraignant est le financement ! Les dons seront de plus en plus essentiels pour aller plus vite et plus loin contre le cancer ! ».

L’Association Aïda finance à la fois des projets sur les leucémies et sur les tumeurs solides. Tous les projets de recherche sont validés par un Conseil Médical et Scientifique externe à l’association.
En 2015 et 2016, l’association a financé le protocole national de traitement des leucémies aiguës lymphoblastiques FRALLE 2000, à hauteur de 10 000 euros en 2015 et le double en 2016. Les porteurs du projet sont Pr. Vahid Asnafi, de l’Institut Necker – Enfants Malades à Paris et Pr. Arnaud, du Centre de Recherche Saint-Antoine à Paris également. Leur ambition est d’identifier les facteurs biologiques de stratification et de thérapie ciblée dans les leucémies aiguës lymphoblastiques T (LAL-T) de l’enfant.
En 2017, l’association a financé à hauteur de 25 000 euros un projet de recherche du Dr. Mathieu Gabut du Centre Léon Bérard à Lyon, intitulé Identification de programme d’épissage des lignées de cellules de médulloblastomes dérivées de patients.
Et à l’avenir, l’Association Aïda souhaite évidemment continuer à soutenir la recherche, en soutenant notamment Dr. Castets en 2018. Nous envisageons également de continuer à soutenir les travaux du Dr. Gabut sur les médulloblastomes.
De plus, l’association s’est fixée l’objectif de constituer son propre Conseil Médical et Scientifique d’ici 2019. Groupe de 5 à 10 médecins, professeurs et chercheurs qui seront choisis pour leur objectivité, il aura pour but de fixer les objectifs de l’association dans le domaine de la recherche. Il validera les subventions allouées à la recherche afin que les fonds qui y seront dédiés soient utilisés le plus intelligemment possible, pour faire progresser efficacement la recherche sur les cancers pédiatriques.