A Propos

A Propos

Les Cancers de l’Enfant

Dans les pays développés, le cancer est la deuxième cause de mortalité chez les enfants et les adolescents. Plus de 2500 cas de cancer sont décelés chaque année en France. En moyenne, 1 enfant sur 440 aura un cancer.

 Mais le cancer n’est pas une maladie, mais plusieurs maladies. Nous les appelons toutes “cancer” parce qu’elles se caractérisent par la croissance anormale des cellules. Chez les enfants, il existe plus de 60 types de cancers différents. Les plus fréquents sont:

  • Les leucémies: sont aussi appelées “cancers du sang” et touchent les cellules de la moelle osseuse. Elles représentent 30% des cancers de l’enfant.

  • Tumeurs cérébrales: touchent le cerveau. Elles débutent par le développement anormal soit d’une cellule du cerveau lui-même, soit d’une cellule métastasée exportée d’un cancer situé dans une autre partie du corps. Elles représentent 20% des cancers de l’enfant.

  • Lymphomes: est un cancer des ganglions. Les lymphomes représentent 10% des cancers de l’enfant.

  • Neuroblastomes: Un neuroblastome se développe à partir des cellules nerveuses dans le corps, mais le plus souvent à partir des cellules dans et autour des glandes surrénales. Les neuroblastomes représentent 9% des cancers de l’enfant.

  • Néphroblastomes: Le néphroblastome est un cancer du rein. Il représente 8% des cancers de l’enfant.

  • Tumeurs osseuses: représentent toutes les masses nouvellement formées dans l’os ayant leur origine dans le tissu osseux (les os). Elles représentent 5% des cancers de l’enfant.

  • Rétinoblastomes: cancers des yeux. Ils représentent 3% des cancers de l’enfant.

 

Qui sommes – nous ?

En Octobre 2014, Aïda Younès Frangié décède en 17 jours des suites d’une leucémie foudroyante. Sa petite fille, Léa Moukanas, alors âgée de 15 ans tente de s’engager dans plusieurs associations qui visent à améliorer la qualité de vie des patients à l’hôpital. Sans succès : on explique à la jeune fille qu’elle est trop jeune.

Léa Moukanas décide alors, en Janvier 2015, de créer sa propre association, à laquelle elle donne le prénom de sa grand-mère, pour permettre à des jeunes de moins de 18 ans (entre autre) de s’engager en faveur d’autres enfants et jeunes de leur âge, qui eux, ne reçoivent pas de visites de jeunes à l’hôpital. Il s’agit ainsi de la première association en France qui permet à des lycéens d’intervenir dans les hôpitaux ainsi que la première association créée par des lycéens en Europe.

En 2018, l’Association Aïda et Léa Moukanas reçoivent le prix d’entrepreneur social de l’année à VivaTech.
Nous avons trois missions principales :